Non, les chevaux ne valident pas l’équitation

Je l’ai entendu de la bouche d’écuyers, et il y a quelques jours, je l’ai (encore) lu dans un commentaire sur les réseaux sociaux (avant de me faire pirater …) : « si les chevaux n’avaient pas envie d’être monté ils le diraient. C’est pas compliqué de nous mettre par terre pour nous dire stop. Donc s’ils sautent des montagnes ou dressent sur des airs contre nature, c’est parce qu’ils le veulent bien ! »

Souvent utiliser pour défendre l’indéfendable, cette argument de « si mon cheval n’était pas d’accord, il ne le ferait pas » est pour moi la plus flagrante démonstration du manque de compréhension et d’amour des chevaux !

La belle équitation commence quand on arrête de se mentir à soi-même …

La violence ordinaire

  • Une jument qui défonce la porte de son box en tapant dedans ou en la mordant = clôture électrique partout au-dessus et sur la porte ! La jument qui trouvait ses 9m² trop petit, n’a même plus la possibilité de regarder dehors …
  • Cheval qui part en saut de mouton dès qu’il a un cavalier sur le dos = coups de cravache, mors plus dur, séance jusqu’à l’épuisement, etc. Pourtant, une visite du dentiste et des produits calmants pour les démangeaisons de la peau ont suffit à rendre le cheval doux comme un agneau …
  • Jument qui défonce les barres d’échographie ou qui explose tout quand sort la tondeuse = sédation. Etre fouillée d’une main dans l’anus ou perdre sa meilleure protection thermique est pourtant une bonne raison de dire non, il me semble …
  • Cheval qui se défend contre une main trop dure ou trop instable = nose band, enrênement, et mors dur …
  • Refus ou dérobade ) l’obstacle = coup d’éperons, coup de cravache, tant que ça ne passe pas …
  • Cheval de spectacle qui ne se couche pas assez vite = entraves.
  • Et puisque je parle d’entraves, n’oublions pas les juments saillies en main avec entraves et tord-nez …
  • On voit même des chevaux se prendre des baffes ou des taquets sur le mors parce qu’ils chassent une mouche ou frotte leur tête sur leur antérieur !

Je n’invente rien, tout ça, je l’ai vu ! Et ce n’est qu’une infime partie de ce que j’ai pu voir. Tout ces chevaux ont essayé de dire non : ils n’ont pas été écoutés ! Bien au contraire !

Et les plus récalcitrants, ce qui continuent de dire non malgré la violence ?
En 2016, 13 000 chevaux était transformés en steak : la moitié sont des chevaux de courses.
Et l’autre moitié ?
Combien sont des chevaux qui ont juste choisis de dire « non » trop fort ?

Tout le monde n’est pas violent …

Heureusement que nous ne sommes pas tous des brutes sans cœur, et que nous avons tous un jour la possibilité de nous remettre en question.
Mais ne soyons pas hypocrites, nous avons tous, au moins une fois, grogné ou mis une claque à notre cheval parce que ce jour là, il n’était pas d’accord …

Cependant, au-delà de ça, même les méthodes « douces » tentent d’obtenir un « oui », d’un cheval qui dit « non ». ( En étant plus ou moins respectueux de son état psychologique et émotionnel …)

Pour parler de mon propre point de vue, c’est d’ailleurs ce qui me fait le plus vibrer de voir un cheval dire un grand oui alors qu’il arrivait avec un immense non !

Alors j’essaie de le faire bien, je m’attache à ce que ma technique de persuasion ait du sens pour le cheval. Parce que je pense que nos chevaux domestiques ont besoin de l’équitation ! Je pense qu’un cheval n’est pas heureux à ne rien faire dans un champ : parce qu’il a besoin de stimulation physique et intellectuelle.

Mais si demain, les chevaux ont la possibilité de vivre en troupeaux familiaux dans 300 hectares avec des ressources rares et des prédateurs (une vraie vie de cheval stimulante …), je doute qu’il soient motivés par l’équitation, même la plus belle des équitations !

Assumons la réalité et arrêtons de nous mentir !

Ce mensonge (« s’il n’était pas d’accord, il ne le ferait pas ») est un des plus grand de l’équitation. Et il doit nous servir à tous d’exemple pour interroger nos réactions quand nos chevaux disent non.
Mais aussi regarder où l’on se ment …
« mon cheval a peur de cet endroit, mon cheval ne galope pas, mon cheval ne saute pas, mon cheval est dangereux … »
C’est la réalité ou c’est moi sur son dos qui donne ce résultat ? …

Pratiquer l’équitation en respectant nos chevaux, ça commence par arrêter de lui prêter une volonté ou des sentiments quand tout son corps crie le contraire !

Pratiquer l’équitation en respectant nos chevaux, c’est se remettre en question dans chaque action, dans chaque demande avec objectivité (même quand ça fait mal aux fesses !)

Alors j’invite sincèrement tout le monde à se faire accompagner dans sa pratique, pour avoir un regard extérieur objectif. Et pas forcément par les meilleurs pros, mais à coups sûrs par ceux qui ont l’habitude de se remettre en question …… En savoir plus ...

7 astuces indispensables pour profiter pleinement de vos séances d’équitation ?

A l’occasion du stage avec Simon Gleize très bientôt, voici quelques conseils importants pour profiter de tes séances quand tu ne pratiques pas régulièrement ou que tu vois rarement ton enseignant (parce qu’il est loin ou parce que ton budget est limité)

Avant la séance

La position est la clé la plus importante en équitation. Et pour travailler la position il existe des centaines d’exercices sans chevaux !
Si le yoga est certainement l’activité la plus complémentaire à l’équitation, toutes les activités pratiquaient ne pourront qu’être bénéfique au cavalier pour travailler ces 3 premiers points :

1 Equilibre
S’il fallait résumer l’équitation en un mot, j’utiliserai le mot « équilibre ».
Alors pour bien profiter de tes séances à cheval, autant améliorer ton propre équilibre dès que tu en as l’occasion !
Pour ça, tout les exercices qui font prendre conscience de son équilibre, du positionnement de son corps dans l’espace, sont bénéfiques : marcher en équilibre sur une barre d’obstacle au sol par exemple !
Pour les plus aguerris, on peut combiner le jonglage aux exercices d’équilibre : pour travailler l’indépendance des aides sur la position.
Tu peux aussi travailler ton équilibre au bureau, sans t’en rendre compte … grâce au ballon de gym ! 10 minutes, 3 fois par jour en remplacement de la chaise de bureau devrait t’aider à améliorer ton équilibre en selle.

2. Souplesse
On ne va pas se mentir, un humain n’est pas naturellement conçu pour monter à cheval : donc pour trouver la position académique sans passer 3h par jour à cheval, il faut se muscler et s’assouplir à pied.
A toi de choisir la pratique qui te convient le mieux pour ça.
Mais voici un exercice que j’aime beaucoup : le hula hoop !
Un petit tuto pour les novices [clic] : maintenant, j’attends avec impatience une vidéo de hula hoop, en marchant et en jonglant en même temps ! 🙂

3. Cardio
L’intérêt de faire du cardio : repousser au maximum sa fatigue physique pour profiter de sa séance jusqu’à la dernière minute.
Ici, pareil, à toi de trouver l’activité qui te convient le mieux.
Pour ma part, je sais que quand je veux vraiment gagner en cardio, le top c’est le travail fractionné. Mais on ne va pas se mentir, c’est dur !

Astuce bonus : le cheval de bois
Du bon vieux tonneau au simulateur ultra perfectionné, rien de tel que de pouvoir travaillé sur une selle sans avoir à gérer son cheval.
La plupart des clubs dispose d’un « cheval de bois », et je pense qu’ils seront ok pour les prêter. En tout cas, au Manège de Regalis, notre cher Pile Poil est prêt à te faire travailler aussi souvent et longtemps que tu le veux ! Lui, il ne fatigue pas !

Pendant la séance

4. Fais toi accompagner par un pro qui te convient !
Pour choisir son enseignant, il ne suffit pas de regarder sa grille de tarifs …
Est-ce que ton enseignant est à l’écoute de tes besoins et de tes envies ? Est-ce que sa pédagogie est adapté à ton âge et à tes objectifs ? Est-ce que ton enseignant sait observer ton cheval et te partager ses observations ? Est-ce qu’il peut expliquer tout les conseils qu’il te donne avec logique et pertinence ?
Si tu peux répondre par l’affirmative à toutes ses questions, alors profite à fond de la perle que tu as trouvé !

Petit aparté à propos des tarifs (ou pourquoi mes prix sont "cher")
Sur le prix d'une leçon, il faut enlever 20% de Tva,
Mais aussi les charges de soins aux chevaux, d'entretien des lieux et du matériel,
et les charges patronales.
Ajouté à cela, que je veux qu'une séance avec un élève me permette aussi de :
- travailler mon cheval pour qu'il reste en forme et joyeux d'être cheval d'école,
- progresser dans mon équitation et ma pédagogie 
en me formant et en prenant du recul après chaque séance.
Donc une séance d'équitation, doit me permettre de sortir un salaire pour 3-4h de travail.
C'est mon engagement et mon éthique,
et avec ce point de vue, ça n'est pas si cher ;) 

5. Teste vraiment ce que l’enseignant te propose.
Même si tu ne comprend pas (bien sûr tu peux poser la question), même si tu n’es pas d’accord, même si ça parait loufoque ou contraire à tout ce que tu as appris !
Tu auras tout le loisir de ne pas le refaire ensuite.
Mais si tu n’essayes pas, tu ne sauras jamais si ça fonctionne ou pas.

Après la séance

6. Prends des notes
Note ce que tu as aimé de toi, ce que tu aurais pu faire mieux, ce sur quoi tu veux porter ton attention pour les prochaines fois, ce que tu a appris aujourd’hui, etc.
Cela permet d’y revenir plus tard, quand on rencontre la même difficulté avec plusieurs semaines/mois d’intervalles par exemple. Mais aussi de gagner du temps en te concentrant tout de suite sur ce qui est essentiel pour toi.
Et revenir à froid sur ta séance peut aussi te permettre d’identifier des choses que tu n’as pas bien comprises pour revenir dessus avec ton enseignant à la prochaine séance. Ce qui l’aidera donc lui aussi à te construire une progression adaptée !

7. Observe d’autres cavaliers
Sur le bord de la carrière, ou sur internet, les occasions ne manque pas de pouvoir observer d’autres cavaliers en action.
Internet est vraiment une source inépuisable d’informations. Evidement, il faut trier le bon grain de l’ivraie, mais il y a du bon à prendre partout ! Pour ma part, depuis que je suis parfois « coincée » au lit parce que bébé ne veut pas me quitter pendant sa sieste, je suis bien contente de pouvoir me nourrir des partages de grands écuyers ou de cavaliers de haut niveau !
Evidemment, c’est encore mieux quand on peut sortir de chez soi et discuter en direct avec les gens (coucou les confinements …) et pour ça rien de telle qu’une petite place comme auditeur libre sur le bord des carrières.… En savoir plus ...

Tu as peur du jugement parce que tu n’arrêtes pas de juger !

Cette sentence entendue dans une vidéo de Franck Lopvet m’a mis un sacré uppercut.
Dans la lignée de « Construire pour ou contre« , c’est la leçon que j’intègre depuis plusieurs semaines.

Et si dans cette phrase, on trouvait la solution à la peur du ridicule, de l’humiliation, du rejet, du regard des autres ; une solution au manque de confiance en soi ; une solution pour enfin oser plus !?… En savoir plus ...

Construire pour ou construire contre

C’est ma question du moment : à l’heure où l’on vient de nous annoncer un nouveau confinement, mon chemin intérieur est en pleine réflexion sur ce sujet. Et comme souvent, quand un sujet nous obsède, tout semble nous y ramener.
Aujourd’hui, je crois que j’ai enfin compris pourquoi j’ai la boule au ventre et les jambes qui flagellent quand je vois les statistiques des deux articles les plus lus de ce blog !… En savoir plus ...

Ça ne mange pas de pain !

Dimanche dernier, lors d’un live coaching sur le groupe du challenge #RepasseTesGalops, nous avons parlé intention, attentes et exigences.
La problématique amené par une des cavalières ressemblait à : « Parfois, j’attends beaucoup de mon cheval, et comme nous n’y arrivons pas, je baisse les bras. Mais si j’en demande moins, j’ai le sentiment que nous allons stagner éternellement au même niveau. Comment savoir si je suis trop exigeante pour mon cheval ? »

Pour illustrer la réponse que je lui ai donné, j’ai raconté une drôle d’histoires de boulangerie …
La voici :… En savoir plus ...

Sport de gonzesse et cheval de fille

Je pense que la majorité des femmes qui pratique l’équitation on déjà entendu ces expressions.
Mais par habitude, on ne distingue presque plus le mépris qui se cache derrière …

La lutte féministe est probablement le combat qui me tient le plus à coeur. Encore plus depuis que j’ai donné naissance à une fille !
Et surement plus que le respect du bien être animal, parce que je pense qu’il en découlera …

Mais alors Jamy, quel est le rapport entre le féminisme et ce que je veux apporter par l’équitation ?… En savoir plus ...

Mes voeux pour 2021 …

Après cette année 2020 surprenante et remuante, pouvons-nous encore nous souhaiter innocemment les vœux habituels de santé, argent et bonheur ?
Cette année, je préfère te souhaiter de la remplir de défis et de challenges qui te mettent en joie à l’idée de déplacer de nouvelles montagnes, et qui te motive à bondir de ton lit le matin ! 😀

En savoir plus ...

Plus de joie et de simplicité !

Je parlais dans l’article précédent (ici !) de mon besoin de retrouver de la joie et de la simplicité dans ma vie.
C’est un besoin que je partage avec beaucoup d’autres humains : parce que les « obligations » de la vie d’adultes nous ont fait perdre notre spontanéité d’enfant !

Constater, c’est bien ; agir pour faire bouger les choses c’est encore mieux !

Alors aujourd’hui, je vous partage 3 exercices que je pratique en ce moment pour reconnecter à ma joie !… En savoir plus ...

La peur : la vaincre ou l’oublier ?

La peur est une croyance, basée sur un événement passé, vécu ou non.
Elle fait partie de l’éventail de croyance qui dessine notre réalité et qui nous permet de faire des choix.
La peur est souvent perçue comme irrationnelle et engendre dans le corps des réactions inconscientes qui peuvent être handicapantes.

Comment avancer avec nos peurs les plus paralysantes ?… En savoir plus ...