Hommage à « l’écuyer mirobolant » !

« De tout cela on peut conclure que les moyens les plus faciles à employer sont souvent les plus efficaces, et que les chevaux dressés par ces moyens-là sont montables par tout le monde.
L’application des principes mathématiques est au contraire difficile et, moi, je n’entreprendrais jamais le dressage d’un cheval, si j’étais obligé de calculer puis de coordonner l’action de mes deux jambes et de mes deux rênes avec l’effet de mes déplacements d’assiette, pour obtenir ou pour entretenir une allure ou un mouvement du cheval. » Etienne Beudant, Extérieur et Haute école

En savoir plus ...