L’équitation sans mors n’est pas gage de bien être !

Après vous avoir parlé de mon choix de pratiquer une équitation sans mors, je voudrai faire suite à cet article par une mise en garde : Monter sans mors ne suffit pas pour respecter votre cheval !

« Beaucoup de gens bien intentionnés sont abusés par des soi-disant chuchoteurs ou maîtres d’équitation naturelle […] exhibant des tours de cirque comme la monte à cru ou sans bride. Bien souvent, alors que la foule applaudit le courage ou le charisme du cavalier, le cheval exprime son malheur par un langage corporel très clair. Selon moi, mieux vaut le harnacher et rendre sa chevauchée plus facile et mieux équilibrée » Chris Irwin

Beaucoup choisissent de passer sans mors dans l’objectif d’ajouter du bien-être et du confort à leur cheval.
Pourquoi changer d’embouchures n’apporte rien à votre cheval si vous ne changez pas votre équitation ?

La tension des rênes

Soyons clair : que vous ayez une tension forte et constante sur un mors, sur un licol de corde, sur un hackamore voir même sur un side pull à la muserolle bien large et bien épaisse n’est JAMAIS confortable pour votre cheval !
Alors passer sans mors sans chercher à modifier la qualité de votre main est inutile !
Vous ne blesserez évidement plus les commissures ou la langue, mais les os du nez n’apprécieront pas beaucoup plus !

Ce qui est sous-jacent à la tension appliquée sur les rênes, c’est la position de la tête : sans surprise, avec ou sans mors, un cheval encapuchonné n’est pas un cheval qui fonctionne correctement !
Placer la tête de votre cheval de force, dans une position inadaptée ne sera jamais bénéfique ni confortable !

Position et équilibre

Votre embouchure ou votre ennasure ne change rien à votre assiette !

Ce n’est pas un scoop, et j’espère que je ne vous apprends rien ! Alors pourquoi faire ce point ?

Parce que passer sans mors pour prétendre au bien-être de votre cheval sans travailler sur votre position et votre équilibre, c’est comme s’enlever une épine du doigt alors que l’on a un poignard dans le dos … Si vous n’êtes pas un cavalier confortable pour votre cheval, choisir une ennasure ne changera rien !

Et bien sûr, ce qui s’appliquait plus haut aux mains, et aussi valable pour les autres aides !
Donc si vous poussez, si vous tirez, si vous êtes constamment contre votre cheval, avec ou sans mors, vous ne lui apportez aucun bien être !

Les objectifs de votre équitation

Si vos choix d’exercices ne sont pas adaptés à votre cheval, ou si vos demandes ne sont pas cohérentes vis à vis de ses besoins, mors ou pas, le problème reste le même !
Si vous travaillez des heures sur des barres à 1m20 avec un cheval qui est complètement en déséquilibre au galop, passer sans mors ne résoudra aucun de vos problèmes !
Si vous continuez de travailler votre cheval sans lui demander de faire l’effort d’utiliser ses abdominaux et la traction de ses postérieurs, changez d’embouchure n’aura aucun impact bénéfique !

Pourquoi cet article ?

Un petit coup de gueule, ce n’est pas souvent, mais ça fait du bien !
Et aujourd’hui je ressentais le besoin d’écrire cet article parce que je suis en colère de voir ces cavaliers qui clament haut et fort que monter avec un mors est scandaleux, alors que leur équitation est délétère pour leur cheval !
Et je suis scandalisée de voir ces films et ces photos adulés parce que le cheval est sans mors, alors que le cheval présente tout les signes d’inconfort possible !

Alors cessons de juger ce que l’on pense être bon ou mauvais selon la théorie, et prenons le temps de vraiment observer les chevaux !
Il est temps d’arrêter de pratiquer une équitation ou un élevage des chevaux selon nos critères de bien-être ou selon les exigences qui nous arrangent à l’instant t !
Et bien sûr, commencez par balayer devant votre porte, et assurez le meilleur pour votre cheval avant de vous occuper de juger les pratiques des autres …

Si vous deviez aujourd’hui dépenser du temps et de l’argent dans votre formation de cavalier, priorisez tout ce qui vous permettra de mieux comprendre et apprendre à observer les besoins de votre cheval ! Pour que vos idées ne soit plus basées sur de la théorie, mais sur des réalités formelles !

Apprenez à apprécier un bon cavalier avec un mors, et à laissez de côté un mauvais cavalier en cordelette !

Sarah

4 réflexions au sujet de « L’équitation sans mors n’est pas gage de bien être ! »

  1. Je ne suis pas d’accord avec vous. Monter sans mors est le commencement de la remise en question du cavalier.
    Il faut du courage pour essayer, accepter le risque de perdre le contrôle de la vitesse ou la direction.
    En licol, contrairement à l’utilisation d’un mors, quand le cavalier tire pour freiner ça ne marche pas. Lorsqu’il tire à droite pour tourner à droite, ça ne fonctionne pas non plus.
    Le cavalier apprend plus rapidement à ôter la pression exercée par ses aides pour obtenir un résultat quand le cheval s’oppose à la tension.

    L’équilibre et l’assiette sont aussi améliorés, le cavalier n’étant plus omnibulé par la mise en main donc plus concentré sur son attitude et son fonctionnement.
    L’equitation sans mors apprend à utiliser son corps pour communiquer, c’est le début de l’indépendance des aides.
    Monter sans mors devrait même être un passage obligé.

    Cordialement
    Aurélien Kahn

    1. Bonjour Aurélien
      Merci pour votre commentaire.

      Je suis d’accord avec l’idée que vous défendez ; et c’est l’équitation que je m’évertue à partager à mes élèves.

      En revanche, et c’est le propos de cet article, enlever le mors ne suffit pas à trouver cette équitation.
      Avec un licol de corde, un hackamore ou même une simple cordelette un peu fine qui vient en pression sur la trachée, si le cavalier tire la douleur est suffisante pour que le cheval y cède.
      De plus, je serai absolument ravie si passer au sans mors faisait prendre conscience au cavalier qu’il est inutile d’être obnubilé par la mise en main. Mais ce n’est hélas pas ce que l’on voit dans les carrières ou sur les réseaux sociaux dont les groupes dédiés à l’équitation sans mors pullulent de méthode pour « placer » son cheval sans embouchure …
      Enfin, si le cavalier ne fait pas la démarche de travailler son assiette, sa position et son équilibre, ou est correctement accompagné pour le faire, son ennasure ne l’y amènera pas seule.

      Cet article est justement une mise au point sur le fait qu’enlever le mors ne suffit pas à avoir une équitation respectueuse de son cheval ; Afin qu’un jour, je l’espère, tout les cavaliers est conscience de la nécessité d’apprendre à utiliser leur corps pour communiquer.

      Cordialement,
      Sarah Guillemot

    2. J’ai vu une « chuchoteuse » travailler le montoir sans mors avec un licol en cordelette: c’était hyper violent! Le cheval tombait presque assis dès qu’elle tendait les rênes: effectivement, il ne risquait pas de bouger avec cet harnachement….
      Je préfère mille fois débourrer avec un bon gros mors en résine, je n’ai d’ailleurs jamais vu un cheval tomber en ajustant les rênes. Le pire, c’est que beaucoup de cavaliers ayant peu d’expérience utilisent ces licols éthologiques en pensant cela gentil, alors que ce n’est vraiment pas à mettre entre toutes les mains

  2. Bien moi, j’aime mieux mettre le mors à mon cheval, il l’aime, il le prend à la minute que je lui présente. S’il ne l’a pas il se sent stressé. Ma façon d’utiliser le mors fait que je ne tire aucunement lors de mes arrêts et reculons. J’utilise mon assiette. Pour les virages, j’utilise encore une fois mon assiette, si le cheval hésite, je vais faire une légère rêne d’ouverture. Donc je ne crois être en aucun cas sèvère avec le mors, parce que ma main ne tire pas dans sa bouche. Je suis consciente que cela n’est pas le cas de tous! Mais pour moi c’est ça !

Laisser un commentaire