L’équitation médecine ?

Votre cheval est raide dans ses déplacements ? Il manque constamment d’impulsion ? Il lance les postérieurs à chaque départ au galop ? Et il a bien du mal à franchir une barre au dessus de 40cm ?
Apache était dans cette situation aussi ! Mais ça c’était avant !
Depuis, lui et Suzannah ont découvert l’équitation médecine ! Et je crois que l’on peut dire que ça a changé leur vie !

« Si en montant un cheval, on ne sent pas s’il est ce jour là plus décontracté ou plus raide, si l’on ne sait pas d’où vient cette rigidité, l’équitation n’est pas pratiquée comme un art. Il n’y a aucun intérêt à forcer un cheval à exécuter tel ou tel mouvement. Aucune valeur non plus. Cela ne montre que l’imbécillité  la sottise et la vanité de celui qui le monte. Une leçon donnée à un cheval, c’est avant tout une gymnastique rationnelle qui rend son corps décontracté et apte à exécuter sans effort tel ou tel mouvement. » Nuno Oliveira

L’équitation n’a pour moi de sens que si elle est bénéfique au cheval.

En expliquant ma vision, on m’a un jour mis en garde de ne pas pratiquer illégalement la médecine … Nous ne rentrerons pas aujourd’hui dans le débat sociétal de l’intérêt de la maladie, mais cette remarque met en avant l’incapacité des cavaliers à comprendre l’effet de leur actions sur le fonctionnement de leurs chevaux. Alors les exercices de dressage deviennent un simple enchaînant de mouvement sans considération biomécanique … Et pourtant !

Dans cet article, je voudrai vous parler de l’attachant Apache et sa cavalière Suzannah.

Présentation

Allures étriquées, manque de musculature notamment dans le dos et les abdominaux qui ne portent pas, lombaires douloureuses, épaules dissymétriques, bassin décalé, rênes longues il porte la tête dans les étoiles au trot et le nez par terre au galop, en sous impulsion constamment, et pas enclin à travailler au moins une fois sur deux : Apache, quand je l’ai rencontré, avait une jolie marge de progression devant lui.

Suzannah est une cavalière avertie à l’équitation de légèreté : réfléchie dans ses actions et dans ses aides (et quand il le faut, une petite touche de rappel avec une séance sur Velga, cheval d’école hypersensible, suffit à leur redonner plus de discrétion)
Apache est son partenaire depuis toujours, et leur pratique régulière d’une équitation légère se voit immédiatement.
Mon travail avec eux consistent donc à redonner du sens à une équitation qu’ils connaissent déjà.

Construire sa progression …

Pour avancer dans une équitation médecine, il faut ajouter à l’équitation de légèreté, un objectif de mieux être physique et psychique du cheval.

Non pas seulement qu’il soit bien pendant le travail, mais aussi qu’il se sente mieux en fin de séance qu’il ne l’était au début.
Pour se faire, la progression doit être envisagé au jour le jour : L’objectif final est posé -délier, détendre, décoincer ce qui peut l’être- mais les objectifs intermédiaires, ceux de chaque séance sont définis par le cheval en début de travail : d’où l’importance d’apprendre à l’observer et le comprendre …

Ainsi, dans cette recherche, votre récompense n’est pas l’enchaînement de mouvement que vous serez capable d’obtenir, mais ce que vous propose votre cheval pendant ou après la séance.

Décembre 2018

– Certains jours, Apache montrait beaucoup de calme et de concentration : nous avons alors travaillé les exercices de 2 pistes, au pas, avec précision.
– D’autres jours, il exprimait de franches raideurs, et nous avons alors choisi de travailler à l’étendre dans le trot.
– Parfois, il dégageait une énergie un peu électrique, nous en profitions donc pour travailler plus frontalement ses difficultés, dans le galop par exemple.

En l’observant pendant et en fin de séance, nous avions des indices sur ce qu’il ressentait dans son corps et dans son esprit : besoin de se rouler, ou de se gratter à un endroit précis ; demande à sortir du manège ou au contraire reste avec nous au milieu ; etc.
Ces instant où le cheval est indépendant, avec ou sans cavalier sur le dos, sont précieux pour une meilleure compréhension !

… Et goûter aux joies de ses résultats !

Aujourd’hui, Apache fonctionne davantage avec son dos et ses abdominaux (!), conserve son impulsion tout au long du travail, allonge facilement et volontairement, trotte et galope en équilibre avec l’encolure souple et horizontale quand il est rênes longues, et, il est toujours en forme pour travailler.
Ses déséquilibres et dissymétries sont bien moins visibles, et nous entrons alors dans une nouvelle phase : Dans la première, je m’alliais à Suzannah pour améliorer le fonctionnement de son cheval ; dans cette seconde, je m’allie désormais à Apache pour améliorer le tact de Suzannah !

Et quel plaisir pour une cavalière (et son enseignante !) d’être récompensé par un mouvement juste quand vos aides sont précises et légères !
Les étoiles dans les yeux de Suzannah quand Apache rassemble son galop sur des rênes flottantes et une simple indication du corps ne sauraient me contredire !

Été 2019

Et puis entre temps, ils sont aussi passé sans mors, et attendent maintenant une selle mieux adaptée au dos plus musclé de Apache …
Avec de tels progrès, la suite s’annonce formidable ! Merci à eux de m’avoir fait confiance.

Nb : J’ai peu d’images, et les rares dont je dispose ne sont pas très jolies ; mais tous ce qui le souhaiteront seront bienvenus pour venir, en auditeur libre, apprécier le travail et les progrès de ce joli couple pendant les leçons.

Pour conclure, avancer vers une équitation médecine c’est :
  • Observer son cheval en début de séance et adapter ses objectifs ;
  • Récompenser régulièrement en lâchant les rênes et en caressant ;
  • Enchaîner les mouvements en connaissant leurs effets sur la biomécanique pour gymnastiquer avec précision ;
  • Observer son cheval en fin de séance et dans sa vie quotidienne : parce que c’est dans ses déplacements sans cavalier, au champ, que vous goûterez aux meilleurs des récompenses de votre travail !

Sarah

Ps : l’équitation médecine est accessible à tous les cavaliers et à tous les chevaux ! Ne laissez plus vos a priori vous dire que vous n’êtes pas un cavalier suffisamment bon, ou que votre cheval ne pourra jamais mieux fonctionner !

Laisser un commentaire