La douceur est un piège

Quand on pense au bien-être du cheval, on met dans les premiers critères l’absence de violence physique. Et c’est indiscutable !
Seulement, j’observe trop souvent des cavaliers tombaient alors dans un « excès de douceur et de gentillesse » néfaste pour eux, leur cheval et leur relation à leur cheval …

« Le cheval est un bon maître, non seulement pour le corps mais aussi pour l’esprit et le cœur » Xénophon

Il y a un problème très récurrent chez les cavaliers (plus souvent mêmes les cavalières) qui souhaitent travailler avec moi : la nécessité d’apprendre à poser un cadre.
Ces cavalières viennent alors me trouver en m’expliquant qu’elles rencontrent des difficultés avec les chevaux qui testent les limites.
En général, c’est un problème qui est rapidement relié à des problèmes de confiance en elles …

Tomber dans l’excès de douceur

Ces cavalières sont venus aux chevaux et à l’équitation, pour leur douceur, leur force tranquille, leur sensibilité et leur finesse.
Dégoûtées de la violence de certains professionnels, elles se rapprochent des méthodes dites douces pour tenter d’établir une relation sereine avec leur cheval.

Sauf qu’un cheval, ce n’est pas QUE de la douceur et de la gentillesse !
Un cheval c’est de la puissance à l’état brut !
Une force de caractère immense et une détermination à faire respecter qui ils sont ! Un physique à franchir des montagnes et à faire vibrer le sol aussi fort qu’un orage sous le martèlement de leurs sabots !

Alors quand on les enferme dans un moule d’énergie basse, les chevaux s’éteignent … A répéter toujours les mêmes exercices de bases, avec une grande lenteur et un manque de joie évident de la part de l’humain (sourire ne suffit pas à convaincre votre cheval, si tout votre corps dit le contraire …)
Ils semblent alors complètement ramollis, sans plaisir, et n’exprimant plus rien de leur véritable nature.

Effectivement, cette douceur réussira à calmer même le cheval le plus compliqué et immontable … Parce que, sans avoir jamais éclairci pourquoi il est devenu immontable, il sera éteins et aura cessé d’exprimer ses besoins profonds !

L’excès de douceur à le même effet sur l’humain

Pour parvenir à obtenir ses résultats, on vous demandera de vous imprégner pleinement de cette douceur.
Et je n’y verrais aucun inconvénient, si cela ne passait pas par un fonctionnement constant en énergie basse ! Par un ramollissement de ce que vous êtes au fond de vous !

Pour trouver le calme et la bienveillance, nul besoin de passer par un stade larvaire !
Après des heures de respirations, de méditation qui vous coupent de vous, et de détente musculaire, votre énergie est tellement basse que vous semblez vouloir ramper pour ne pas faire de vague !

Vous pouvez travailler sur votre respiration : Pas pour vous couper de vos besoins profonds ! Mais bien pour aller les écouter finement à l’intérieur de vous !
Vous pouvez faire des heures de méditation : Pas pour vous couper de vos émotions ! Mais bien pour plonger pleinement à l’intérieur et les laisser vous traverser !
Vous pouvez améliorer votre détente musculaire : Pas pour devenir un pantin de tissu tout mou ! Mais bien pour retrouver pleinement l’efficacité et l’usage de votre corps !

Vivez votre puissance pleinement !

Cessez d’être doux pour ne pas faire de vagues, ne pas faire de bruits, ne pas déranger !

Acceptez d’être pleinement vous même ! D’exprimer toute la puissance que vous incarnez !
Vous êtes pleins d’amour, et de douceur ! Avec une grande énergie, brûlante et puissante !

Exprimez qui vous êtes ! Ne cherchez plus à entrer dans un moule de douceur et de gentillesse forcées !
Vivez pleinement ! Vous n’aurez plus de problèmes à « poser un cadre », à « vous faire respecter », à « avoir confiance en vous » !
Et vous serez transcendé pas votre relation avec votre cheval !

Sarah

Ps : Vous souhaitez sentir remonter cette puissance en vous, mais vous avez besoin d’être accompagné pour le faire ?
Ces deux stages sont pour vous :

  • « Nourrir sa confiance en soi avec les chevaux »
    Si vous souhaitez vous offrir une petite semaine centrée sur vous, sur vos besoins profonds et sur votre puissance !
    Du 15 au 18 juin 2020, pour tout publics majeurs, cavaliers et non cavaliers !
  • « Etre une femme cavalière »
    Si vous souhaitez vous ouvrir à votre puissance dans le cadre rassurant d’un cercle féminin
    Du 31 mai au 1er juin,
    Réservé aux femmes majeures cavalières

Laisser un commentaire