Rééduquer un cheval accidenté et méfiant ?

Texas était moche, maigre, le poil terne, des poux, des crevasses aux quatre paturons, agressif voir violent avec les autres chevaux et de flagrants handicaps locomoteurs.
Son lien aux humains : catastrophique ! Texas refuse tout simplement la proximité de l’humain ! Alors évidement mettre le licol ou simplement le caresser est absolument impossible !
Comment l’aider et avancer malgré ses blocages ? Comment rééduquer un cheval qui souffre et déteste l’humain ?

« La bonne santé n’est pas de ne rien avoir, c’est de bien s’entendre au mieux avec toutes les anomalies qu’on a. » Docteur Giniaux

J’ai rencontré Texas par hasard.
L’annonce parlait d’un cheval à donner : Masika.
En arrivant dans leur champ, j’ai adoré ce joli nounours ! Mais à côté de lui, suivait à la trace, un petit corps transparent … Tellement dépendant de Masika que si je les avais séparé, j’aurai crains qu’il ne disparaisse !
Et c’est ainsi que Texas s’est invité dans ma vie !

Physiquement, Texas était dans un état pitoyable.
Avec les humains, c’était contact impossible, surtout si vous aviez un licol dans les mains !

Etape 1 : Améliorer les conditions de vie

Texas et Masika vivaient dans un grand champs avec un étalon et son groupe de juments suitées. L’étalon régnait en maître, les hongres n’avaient pas leur mot à dire.
En arrivant au Manège de Regalis, Texas et Masika était les seuls mâles du troupeau. Mon prince noir est tombé immédiatement fou amoureux de Velga ! Et le petit cheval timide est devenu expressif !

On rêverait qu’en apportant beaucoup plus de confort à un cheval, son premier réflexe soit de nous sauter dans les bras pour nous remercier infiniment.
Mais, comme pour Queton, en « libérant la parole » de Texas, la première chose qu’il a exprimé c’est une grande agressivité, témoignage de toutes ses douleurs.
Toujours sauvage avec les humains, ce sont ces camarades de champs qui supportaient ses méchancetés et injustices.

Leur équilibre à eux a permis à Texas d’avancer vers le sien -et je ne saurai jamais remercié assez Velga, qui est toujours d’une justesse étonnante quand j’ai besoin de son soutien …

Etape 2 : L’alimentation, première des médecines

Vous ne découvrirez pas ici la ration miraculeuse qui remet un cheval d’aplombs en quelque mois, ni les compléments alimentaires parfaits et leurs doses magiques …
Parce que Texas n’a reçu aucune ration calculée au milimètre !

En revanche, il a accès à une alimentation variée, vivante et à volonté : des prairies avec une végétation très diversifiés, jamais trop pâturées pour ne pas que l’herbe se défende en émettant des toxines, des haies accessibles aux essences diverses dans lesquelles les chevaux grappillent feuilles et bois, etc.
Dès que la végétation se raréfie, le foin distribué à volonté, prend le relais.
Avec tout cela, plusieurs seaux à lécher sont à disposition, et des bacs d’eau -en plus de l’eau claire- avec différents apports.

Je ne théorise pas ici sur la meilleure des alimentations, d’autres le font de façon plus réfléchies et approfondies que moi. En revanche, je veux vraiment mettre en avant l’importance d’une alimentation variée, vivante et à volonté !

Une fois ce cadre posé, comme en équitation : Proposer, observer, recevoir …

Le cheval choisit et adapte son alimentation a ses besoins PRÉSENTS !
Et après cela, en lui laissant le temps de se rééquilibrer tranquillement, on peut lui apporter éventuellement des compléments plus spécifiques à SES besoins réels à LUI !

Etape 3 : La relation humain-cheval

Ce que je veux que vous reteniez ici, ce qui pour moi est la base pour rééduquer un cheval :
PROPOSER, OBSERVER, RECEVOIR !

Observations :

Avant de travailler et davantage encore avant de rééduquer un cheval, il faut l’observer, de façon objective.

Après plusieurs heures d’observation de Texas dans son pré, parmi les autres, sans aucune intervention humaine, il apparaît que :

  • Soudainement et sans justification, il peut être agressif avec ses congénères ;
  • Il est terriblement dépendant des autres chevaux ; il refuse de voir Velga s’éloignée ou être approchée par d’autres chevaux
  • Texas a de nombreux comportements de poulain, surtout vis à vis de Masika (ce qui ne l’empêche pas de devenir soudainement violent avec lui). Même son hennissement est celui d’un très jeune cheval.

Et puis, il faut observer les comportements avec les humains :
– Texas refusait systématiquement tout contact humain
– De très nombreuses traces de traumatisme sont visibles sur son corps et dans son fonctionnement. Je ne sais pas ce qu’il a traversé, mais je n’ose l’imaginer …

Proposition 1 :

Parmi ces comportements de jeune cheval, il a l’habitude d’observer attentivement tout ce qui se passe autour de lui.
Et c’est en nous observant avec Masika, pendant nos « instants grattouilles » qu’il a entraperçu une utilité à l’humain ! Alors comme le fait Masika avec moi parfois, il m’a présenté sa croupe. Aux premiers contacts, ses muscles tendus tressautait, mais il s’est rapidement détendu …

Recevoir :
Après 8 mois ensemble, il n’est plus possible pour un humain d’entrer dans leur champs, sans voir Texas esquissé quelques pas de reculer ! (Je me demande même si ce n’est pas devenu une sorte de test : »si tu sais me gratter, peut-être que je peux te faire confiance… »)

Ce qu’il faut retenir de cette première proposition : Je n’ai pas forcé Texas a accepter le contact humain. Je ne l’ai pas rééduquer de force !
Je ne l’ai pas piégé contre un autre cheval ou une clôture !
Il n’a pas était appâté avec des friandises !
C’est LUI qui a décidé de venir aux contacts avec moi, parce que, par apprentissage social, il a compris que je pouvais lui apporter quelque chose (des gratouilles !)

Proposition 2 :

Texas abhorre les licols.
Venir me demander des gratouilles quand j’ai un licol à la main, lui demande un gros effort.
Après lui avoir offert quelques grattouilles, je dépose le licol sur sa croupe. Son premier réflexe est de faire quelques pas de fuite en avant. Il a alors le choix : il part, et le licol finira par tomber, ou il revient vers moi, pour obtenir de nouvelles grattouilles.
Et quand il choisit de revenir, alors il le fait en conscience, en acceptant pleinement le licol sur son dos.
Les « séances » sont toujours très courtes ! Grand grand maximum 5 minutes !

Recevoir :
Après un peu plus d’un an ensemble, il sait qu’il peut décider s’il accepte le licol ou s’il préfère le refuser.
Je dirai même plus : il sait le réclamer ! Il vient s’arrêter face à vous, et attend que vous lui ouvriez le licol en grand pour glisser précautionneusement son nez dedans !

Ce qu’il faut retenir de cette seconde proposition : Je n’ai pas forcé Texas a accepter le licol.
Je ne l’ai pas piégé contre un autre cheval ou une clôture !
Il n’a pas était appâté avec des friandises !
C’est LUI qui a décidé d’accepter que le licol soit proche de lui, puis d’enfiler le licol avec pour seule récompense le plaisir de belles sorties en extérieur.

Et maintenant ?

Aujourd’hui, mon petit cheval est celui qui reçoit le plus de compliments : le vilain petit canard qu’on disait moche et que l’on me conseillait de faire partir, et devenu un merveilleux cygne
Il adore enseigner et prend son rôle de cheval d’école très très à cœur ! Il est sans aucun doute celui qui vous apprendra le mieux l’importance de l’instant présent avec les chevaux.

Le chemin est encore long avant que Texas ne passe au-dessus de tout ses traumatismes. Mais en prenant le temps, en prenant SON temps, les progrès sont là, avec l’approbation complète et totale du cheval !

N’hésitez pas à suivre les nouvelles de mon joli prince sur Facebook et Instagram ! Il adore que vous le complimentiez dans les commentaires !

Sarah

Vous avez besoin d’aide pour éduquer ou rééduquer votre cheval difficile ?
Pour que votre cheval soit rééduquer, avec calme et patience, dans le respect de sa nature profonde, offrez lui le programme « Education-Rééducation » !

Laisser un commentaire