Changement de cap !

Des fois, il y a des signes (plus ou moins flagrant) qu’il est temps de changer quelque chose !
Celles et ceux qui me suivent sur Instagram l’ont probablement perçu : en ce moment, il est temps que quelque chose change pour moi …


Le retour de Amour, mon éco-anxiété grandissante et mon irritabilité de plus en plus présente ont largement fait déborder mon vase et tirer le signal d’alarme.

Les chevaux n’ont pas de problème d’équitation

Alors j’ai pris le temps de prendre soin de moi et de m’offrir un espace d’introspection : les alertes sont lancées quand la tête, le corps et le cœur ne sont plus alignés.

Ce que me confirme mes chevaux, en m’envoyant un message précieux depuis plusieurs mois :

L’immense majorité de mes séances se terminent par une réflexion de la cavalière : »J’ai du travail, mais surtout sur moi en fait … ».
Et aujourd’hui, j’en suis persuadé : l’équitation compense des problèmes physiques non traités (la ferrure par exemple …), des besoins fondamentaux non respectés (le box par exemple …), ou des problématiques émotionnelles du cavalier.

Mais quand tout va bien, il n’y a plus de difficultés !
L’équitation devient un art, que l’on perfectionne avec une technique plus pointilleuse, qui me passionne mais qui ne crée pas de sens pour moi.
De la même façon, que j’adore dessiner, peindre, etc.

Depuis que j’ai quitté le monde des centres équestres, que je peux dire quand un cheval ne va pas bien, n’est pas respecté dans ses fondamentaux et dans ses besoins, je ne rencontre plus de problèmes de chevaux.
En revanche, je rencontre des problèmes de relation humain/cheval qui se solutionnent toujours pas du travail sur l’humain !
Et chaque « problème » rencontré avec un cheval, est avant tout une invitation à progresser sur son chemin pour devenir un meilleur humain.

C’est ce constat qui m’a donné envie de suivre une formation en école de coaching en 2020.
Mais mes premières séances d’equicoaching, si elles conviennent bien mieux à mes chevaux que les séances d’équitation, ne suffisaient pas à me sentir alignée entre ma tête, mon corps et mon cœur…

Aligner la tête, le corps et le cœur…

Alors après plusieurs mois compliqués et plusieurs semaines hardcore, il était temps de plonger encore plus loin à l’intérieur de moi …
Temps d’arrêter de fuir en tentant de déconnecter le cerveau (coucou les réseaux sociaux) ou de fuir en étant constamment en action/en mouvement.

Accompagner par les miroirs de mes chevaux et ma chouette totem :

  • J’ai éclairci mes talents : ce qui est facile, que je fait sans effort,
  • J’ai éclairé mon bien-être : faire le tri entre ce qui me fait kiffer, me nourrit, me donne de l’énergie et ce que je fais pour les autres, pour être gentille, par obligation …
  • J’ai nettoyé ce qui désorientait ma boussole : repérer les peurs et les croyances cristallisée, observer les freins, vider les placards des fantômes familiaux, reprendre des forces en puisant dans les racines ancestrales …

Après ce gros chantier dans le présent et le passé, j’ai enfin pu recommencer à regarder vers le futur, avec sérénité et calme …

Retrouver le bon cap

Mes deux grands-pères marins auraient pu en témoigner : ce tromper de quelques degrés, en pleine mer, peut nous faire passer à côté de notre trésor.
Et dans le même temps, il est impossible d’avoir une trajectoire parfaitement rectiligne (chahuté par les vents, les vagues, les courants, …) et il faut régulièrement redresser la barre pour arriver à destination !

Donc les changements de cap font pleinement parti de la vie !

Et je pense qu’il est important d’intégrer cette info : bien loin de la question « qu’est ce que tu veux faire quand tu seras grand ? » qui nous donnait l’idée qu’il fallait choisir dès nôtre plus jeune âge, les bonnes études pour faire le bon métier qui nous offrirait une bonne vie jusqu’à notre retraite.

La connaissance et l’écoute de soi dont je parlais dans le paragraphe précédent, nous permettent au contraire de tester des choses, et de réaligner régulièrement nos choix à nos besoins, tout au long de notre vie !

Quand j’ai créé le Manege de Regalis, j’avais plusieurs idées, que la réalité a rattrapé et qui ne sont donc plus justes. Mais j’avais aussi une base forte : lieu de partage respectueux du cheval, de l’humain et de l’environnement. (C’est toujours sur ma bannière …)

Aujourd’hui, je veux que cette base prenne plus d’ampleur. Et après avoir cherché du sens à ce que j’avais envie de créer, mon nouveau cap m’est apparu :

Je veux accompagner des humains qui ont envie d’oser changer le monde !

Dans cette actualité de crises climatiques, sociales et sanitaires, je veux agir plus pour le monde de demain !

Comme je viens de le vivre, je veux aider ce qui ont envie d’oser :

  • À repérer leur talent,
  • À lâcher leurs freins,
  • À déconstruire les croyances familiales,
  • À puiser dans les ressources ancestrales …

Pour changer le monde à partir de leur alignement !

Accompagner ceux qui ont envie de tout plaquer et ceux qui veulent agir un pas après l’autre ; ceux qui veulent protéger la biodiversité et ceux qui souhaitent se battre contre les injustices sociales ; ceux qui veulent oser crier sur les places publiques et ceux qui veulent oser affirmer leurs idées et leurs limites dans leurs cercles intimes ; etc.

Accompagner ceux qui veulent alignés leur tête, leur corps et leur cœur et résonner dans un monde chaque jour meilleur !

Si toi aussi tu as besoin ou envie de changer de cap, si tu veux agir à ton échelle pour changer le monde mais que tu as besoin d’être accompagné pour faire le prochain pas : contacte moi !

Une réflexion au sujet de « Changement de cap ! »

Laisser un commentaire