Construire pour ou construire contre

C’est ma question du moment : à l’heure où l’on vient de nous annoncer un nouveau confinement, mon chemin intérieur est en pleine réflexion sur ce sujet. Et comme souvent, quand un sujet nous obsède, tout semble nous y ramener.
Aujourd’hui, je crois que j’ai enfin compris pourquoi j’ai la boule au ventre et les jambes qui flagellent quand je vois les statistiques des deux articles les plus lus de ce blog !

Prendre conscience

L’invitation de ma dernière séance en tant que coachée était de laisser de la place à ma créativité avec légèreté. Après une semaine de ce régime ultra jouissif, j’ai regarder à nouveau mes freins.
Et le premier qui me soit apparu c’est justement le coaching : pourquoi j’ai choisi de faire cette formation de coaching ?
Jusqu’ici, la réponse était toujours : pour avoir des outils pour bien accompagner les humains, et pour surtout ne pas prendre le pouvoir dans mon accompagnement.
Mais j’ai vu plusieurs bugs dans plusieurs de mes accompagnements …
Et ça a mis la lumière sur ce « pourquoi » : avec ce « pourquoi », je construis contre ! Contre les accompagnements que j’ai moi-même vécu où l’accompagnateur prenait le pouvoir, ce qui ne me rendait vraiment pas service (voir bien pire …)

Et puis, quelques jours après cette prise de conscience, j’ai eu un de mes cavaliers au téléphone qui avait besoin de partager sa colère. Une sombre histoire de Cso amateur qui se termine en maltraitance de cheval trop gentil.
Je lui dit alors que pour moi, la solution à cette colère a été de passer à l’action, de créer autre chose en m’installant …
Après avoir raccroché, j’ai observé alors que j’avais, là aussi, « construit contre » : j’ai créé ma structure « contre » les centre équestres « classiques », contre le monde du cheval tel qu’on le connait aujourd’hui …

Enfin, hier soir, annonce d’un nouveau confinement. Plombage de moral level maximum ! Je suis fatiguée du fonctionnement de notre société, des choix des politiques, etc. Et derrière mon rêve de voir changer le monde, je perçois à nouveau une énergie contre ! Contre ce qui est, plutôt que pour le « monde d’après » !

Choisir

Ce que j’observe aujourd’hui, c’est que construire contre est un excellent moyen de continuer à tourner dans le triangle dramatique : persécuteur, victime, sauveur !
On reparlera de ce triangle (peut-être le mois prochain, pensez à vous abonner ! 😉), mais que tu le connaisse ou non, son appellation à elle seule en dit long sur l’énergie qui se cache derrière…

En revanche, construire pour implique de laisser toute la place à notre créativité mais surtout à nous même !
A notre moi profond, à nos spécificités, aux valeurs qui nous sont propres !
L’énergie de construction est belle, entraînante, joyeuse et pleine de couleurs ! Pleines de nos couleurs !

Je choisis donc d’opérer un changement dans mes constructions : et de construire pour ! Mais dans l’immédiat, impossible pour moi de dire quels sont ces « pour » !
Quand je demande du soutien à mes chevaux à ce sujet (j’ai rencontré un vieux sage dernièrement, que je vais ajouter aux accompagnateurs possibles des séances à distance, tellement je suis sûre qu’il a de choses à t’apprendre sur toi aussi !), ils me répondent de laisser du temps au temps.
Je sens une invitation à aller visiter mon moi profond, plus loin encore que je n’étais jamais allé ! Et je m’en réjouis d’avance (même si c’est un peu effrayant !) !

Construire une brique après l’autre : s’entraîner

Quand on s’aperçoit que l’on a construit contre, on est tenté de transformer les mots pour se donner l’impression de construire pour. Mais les mots ne valent pas l’énergie.
Par exemple, j’ai toujours dit que je crée le Manège de Regalis pour le bien-être des chevaux et des cavaliers. Mais l’énergie derrière est clairement « Je crée le Manège de Regalis contre le mal-être des chevaux et pour les cavaliers dégoûtés des centres équestres ».
Et maintenant que je le vois, j’explique bien mieux tout un tas de blocage !

Il y a un deuxième piège autre que de vouloir juste changer les mots sans toucher à l’énergie : le « il faut » ! Il faut construire pour ou je dois aller chercher au fond de moi !
Une bonne façon de remettre son pouvoir à l’extérieur … (on en reparlera aussi !)

Et puis, il y a la fuite de chercher une solution à l’extérieur, une réponse toute faite, une méthode qu’il suffirait de suivre …
Mais celui qui prétend savoir comment tu dois faire te trompe ! Parce que pour « construire pour », ce sont tes propres règles qui fonctionnent, les règles que tu inventes et qui répondent aux besoins de ton moi profond.
Faisons nous confiance ! Et choisissons les bons accompagnants pour marcher avec nous sur notre propre chemin …

Commençons avec ce blog

Je vous disais en intro que je comprenais aujourd’hui pourquoi je ne me sentais vraiment pas bien face aux statistiques des deux articles les plus lus de ce blog. Alors que je devrais me réjouir d’une telle visibilité, ça me met vraiment mal à l’aise. Parce qu’en réalité, ces deux articles sont deux coups de gueule : construit à bloc sur une énergie contre !!!
Et si ma tête refusait de le voir, c’est bien ce que mon corps essayer de me dire en me tordant l’estomac …

Avant d’écrire celui-ci, j’ai donc bien pris le temps de voir l’énergie derrière, et de bouger juste ce qu’il faut pour qu’elle soit vraiment « pour ».
Cet article aura t-il autant de visibilité que les deux autres ? J’en doute.
Mais je visualise bien maintenant que c’est notre rôle de donner davantage de place à cette énergie qu’à celle contre, en faisant attention à l’énergie dont nous nous nourrissons par nos lectures, nos partages, etc.

Et toi, tu construis pour ou tu construis contre ?

Laisser un commentaire