Vivre l’instant présent …

Le Graal !
On nous répète à tord et à travers que les chevaux vivent l’instant présent, et que nous devons prendre exemple sur eux … Mais le concept est parfois trop éloigné de notre réalité pour nous être parfaitement compréhensible, et encore plus pour nous être palpable !

« Comme un jeune poulain dans les champs pleins de fleurs
sans songer à ton maître, à sa chute, à sa perte
Tu cours, crinière au vent, et vas chercher ailleurs
l’orge, la bonne eau fraîche et la douce herbe verte. » Théognis

L’instant présent est un concept philosophique ancien (comme nous le décrit Wikipédia de façon un peu soporifique XD) que j’avais bien intégré mais qui m’étais difficilement maîtrisable sans entrainement, ou quand la fatigue reprenait le dessus.
Les chevaux m’ont aidé dans cet entrainement, mais le déclic est finalement venu d’un humain …

« Il n’avait jamais vraiment été en contact avec des chevaux, mais son instinct auprès d’eux est bien meilleur que celui de la majorité des cavaliers … »

L’homme avec qui je partage ma vie a découvert les chevaux quand j’ai débarqué chez lui avec les 4 miens.
Ce qui m’a aussitôt subjugué, c’est son instinct !
J’ai pensé longtemps que c’était dû au simple fait qu’il acceptait ses peurs …

Personne ne lui a jamais dit qu’en présence d’un cheval, « ça ne sert à rien d’avoir peur » ou pire « si tu as peur, ton cheval le sait et il en profite ! » (Si un jour, un cavalier s’est dit « Ah oui ! C’est vrai ! Bon, je vais arrêter d’avoir peur alors ! » en entendant ces phrases, qu’il me fasse signe ! Cette vision de la psychologie humaine et équine me fascine #regard désespéré vers le ciel#)

Alors il vit pleinement avec ses peurs, il n’essaie pas de faire semblant, de se forcer à croire qu’il n’y a aucun risque, et il ne ressent pas la nécessité d’aller au delà de ses limites auprès des chevaux.

Et les chevaux aiment ça !
Cette honnêteté leur est confortable, et amène le respect (on en reparlera …)

Mais cela n’expliquai pas tout : cela ne justifiai pas un tel attrait de mes chevaux pour lui, une telle facilité à approcher les chevaux habituellement inquiet de l’humain, etc.

Aujourd’hui, j’ai découvert son « secret » …

Il vit l’instant présent !

Quand un soucis arrive, il consacre 200% de son cerveau à tenter d’y répondre. Il devient non pas sa principale mais son UNIQUE préoccupation pour les minutes, les heures à venir. Tant que le problème n’est pas réglé vous ne saurez pas détourner son attention !
Mais à l’instant où la solution est trouvée, le problème est aussitôt oublié pour passer à la suite !

Les chevaux vivent les choses de la même façon :

  • C’est ce qui leur donne cette immense capacité à pardonner.
    Si vous faites une erreur, que vous l’admettez, que vous l’acceptez et que vous travaillez à ne pas la reproduire, ils l’oublient dans l’instant !
    Une mère qui corrigent son poulain d’avoir était trop brutal avec ses mamelles, ne lui ressasse pas sa faute toute la journée ; elle ne passe pas la journée à surveiller les moindres gestes et à punir le moindre micro-débordement à cause de cela ; elle lui met un coup de dent sur la croupe, et pense à autre chose tant que le gourmand ne commet pas à nouveau sa bêtise.
  • C’est ce qui crée parfois des moments d’incompréhension dans le travail.
    Ça fait 10 fois que vous passez devant cette poubelle, mais il en a toujours aussi peur ! Lui avait vous laissé le temps de résoudre son problème ? Ou lui avez vous répété 10 fois « Arrête tes conneries, ce n’est qu’une poubelle ! »
    Alors 10 fois, il est parti sans avoir de solution (avoir le temps d’analyser le potentiel danger de cette étonnante chose lui aurait suffit …) et le problème est resté un problème majeur dans son esprit. Il revient sur le devant de la scène à chaque fois qu’il croise l’objet …

    Vous avez super bien commencé votre séance, mais depuis que le voisin travaille dans son champ avec son tracteur, votre cheval n’écoute plus rien, et la séance devient un fiasco ! Il connait pourtant les tracteurs, et n’en est normalement pas du tout inquiet !
    L’énervement monte, mais la solution ne vient pas …
    Certes il n’a pas peur des tracteurs, mais est-ce vraiment le problème là tout de suite ? Peut-être veut-il juste comprendre ce que fait le tracteur, s’il amène du foin, ou de nouvelles voisines vaches ?
    Et tant que son problème occupera son esprit, il ne pourra pas consacrer de l’attention à votre demandes !
    S’il finit par régler son « problème » de tracteur, et repose son attention de nouveau sur vous, alors il a un nouveau problème à gérer : Votre énervement, arrivée soudainement, sans qu’il ne comprenne pourquoi … Le cercle vicieux est enclenché !

Réussir à intégrer ce schéma de fonctionnement

Vivre dans l’instant présent, ce n’est pas uniquement ne pas se projeter ; ne pas faire de supposition ; ne pas regretter sans cesse le passé ; faire des heures de méditations en pleine conscience ; etc.
Vivre dans l’instant présent c’est aussi -surtout ?- régler ce qui se présente au moment présent, ne pas le nier, le refuser ou le laisser attendre ; puis laisser partir ce qui a été réglé, même si la solution choisie n’a pas été la meilleure. Vous avez fait une erreur, acceptez la, et continuer à avancer …

Racontez-moi dans les commentaires si les situations que j’ai évoquées vous parlent, si vous les avez déjà vécues ?
Quels sont aujourd’hui les choses qui vous limite pour approcher ce fonctionnement libérateur qu’est vivre l’instant présent ?

Laisser un commentaire